Formations pour les ATSEM et agents d’animation

 

Découvrir les troubles et retards chez les enfants de maternelle, connaître le développement
de leur cerveau émotionnel.
Techniques psychocorporelles pour que les professionnel(le)s puissent gérer leur stress

Les adultes présents avec les enfants au quotidien, comme les ATSEM et les agents
d’animation sur temps de restauration et périscolaire, ont un rôle crucial dans leur
accompagnement. Ils/elles contribuent à leur éducation et à leur bien-être.
Mettre de la lumière sur les différents troubles et retards chez les enfants de maternelle
(dyspraxie, trouble de l’oralité, TSA, TDA-H, trouble du langage) permettra aux
professionnel(le)s de les accompagner plus sereinement.
Connaitre le développement du cerveau émotionnel de l’enfant (et donc des adultes que
nous devenons) à la lumière des neurosciences qui ont tant avancé ces dernières années
ouvrira de nouvelles façons de penser et surtout d’agir et de réagir avec tous les enfants de 3
à 6 ans.
Enfin, la formation proposée inclut différentes techniques psychocorporelles pour gérer le
stress dû à cet investissement quotidien des professionnel(le)s qui accompagnent les enfants
à certains moments clés de la journée ou des journées entières.

Thèmes des ateliers

Prévention des troubles et retards : les identifier et savoir orienter

Comment savoir qu’un petit enfant n’entend pas bien, qu’il ne rentre pas, ou difficilement, en communication ? Comment repérer un retard neuro-psycho-moteur ?
Comment reconnaître un petit enfant avec un développement psycho-affectif qui semble particulier ?

Qu’est-ce qui pourrait entrainer des difficultés d’apprentissage plus tard ?
Quelle action peut être menée au sein de la structure-même par les professionnels de la structure d’accueil ?
Comment conseiller les parents, vers quel professionnel orienter ?

L’importance du bon développement psychomoteur des premières années et son accompagnement

Comment avoir les bons réflexes et la bonne attitude pour stimuler le tout-petit, le petit enfant, ni trop, ni trop peu ?

Laisser évoluer la motricité librement, mais aussi savoir quand et comment intervenir, stimuler, accompagner, depuis les premiers mois de vie.

Comment déposer le bébé pour qu’il soit totalement en confiance, comment le tenir pour lui donner les meilleures bases, la confiance en lui et en l’autre ?

Pourquoi mettre l’enfant à plat ventre au sol, à quoi ça sert ?
Comment faire quand il se déplace sur les fesses, ou qu’il ne se déplace pas du tout ?

Comment aider l’enfant à construire son schéma corporel et une bonne structuration spatio-temporelle

Si l’enfant montre son nez ou sa main, est-ce que ça veut dire qu’il a un bon schéma corporel ? Comment mettre en place les bonnes stimulations pour que le petit enfant intègre ces premières notions de base de l’espace et du temps ?

Quels sont le rôle et l’importance  des comptines dans ce développement ?

Le schéma corporel est une conscience de son propre corps dans sa globalité : cette perception commence avant la naissance et se poursuit les premières années de vie, elle se développe dans l’interrelation de la motricité, de l’affectif et du langage.

En parallèle se met en place la perception du temps et de l’espace, dont la bonne intégration permet à l’enfant les différents apprentissages, corporels et intellectuels.

Expériences de base nécessaires au bon développement psychologique de l’enfant

L’enfant n’a pas que des besoins physiologiques ou de sécurité physique.

Cela parait si évident qu’il faut aussi de l’amour, de la tendresse, de l’autonomie, mais est-il clair que le tout petit a besoin d’être vu, considéré, qu’il a besoin de contact actif et passif, de force calme, et bien d’autres expériences liées à son développement psychique ?

Les expériences de base sont simples à faire expérimenter dès le plus jeune âge, pour donner toutes les chances au futur enfant, adolescent, adulte, d’avoir été « nourri » pleinement.

Connaître les bases simplifiées du cerveau pour mieux éduquer

Comment ça marche ? En quoi les mouvements de l’enfant, le langage, le comportement de l’adulte avec lui, agissent sur son cerveau en construction ? La maturation du système nerveux se fait en grande
partie pendant les premières années de vie, en réponse aux expériences vécues par l’enfant, aux « stimulations » provenant de l’adulte, de l’environnement. Les neurones se connectent entre eux, les informations circulent, les capacités du cerveau au niveau intellectuel et émotionnel se développent, d’où la grande importance de ce qui est vécu, ressenti, expérimenté.

Les bases de la communication et du langage oral

Comment développer la capacité à communiquer ? Comment reconnaître chez un petit enfant des difficultés particulières de l’oralité, de l’articulation et de la parole, du langage dans sa forme complexe ?

Doit-on apprendre la langue des signes au tout petit ? Le point de vue de l’orthophoniste permettra d’avoir des notions de base du développement par rapport à l’âge « normal » d’acquisition, et des informations pour repérer au mieux les retards ou troubles éventuels.

Comment aider sur place, chaque jour ? Faut-il guider les parents vers un professionnel ?

L’expression des émotions

Comment faire quand un enfant mord, crie, tape, pleure, casse, s’isole, ne veut pas dormir, ne veut pas quitter sa maman, a peur de tout? Les découvertes des neurosciences nous permettent de comprendre en partie les processus en cause selon la maturation du cerveau.

Le point de vue de la Psychologie Biodynamique éclaire également sur comment accueillir l’enfant, trouver des attitudes qui l’apaisent, avoir des outils pour réguler les réactions.

Ateliers parents et parents-enfants

Avec la présence éventuelle d’un ou plusieurs professionnels Possibilité d’organiser ces ateliers en soirée ou samedi matin
Il est primordial aujourd’hui de faire « entrer » les parents dans la vie de la structure d’accueil de leur enfant. Le lien entre la crèche et les parents est précieux, pour le bien de tous et en priorité celui de l’enfant.
La crèche n’est pas seulement un lieu d’accueil où les parents déposent leur enfant et le récupèrent, c’est la continuité de la vie quotidienne, des soins bien sûr, mais aussi un accompagnement de l’évolution de leur enfant jour après jour.
Faire venir les parents au sein même de la structure, leur permettre de poser leurs questions, leur permettre de trouver des réponses, c’est favoriser une meilleure communication, une meilleure relation entre les professionnels et les parents.
Plusieurs options sont possibles pour l’organisation, selon vos préférences et vos besoins.
– Tables rondes : Basée sur un diaporama et des fiches pour les parents, j’aborde un thème particulier en première partie de table ronde puis les parents peuvent échanger, poser des questions.
– Expérimentation avec les enfants : dans un premier temps, sur un thème sélectionné par les parents en lien avec la direction de la structure, je donne des informations et réponds aux questions, puis dans un deuxième temps, je propose l’expérimentation aux parents avec leurs enfants.
Plus qu’une intervention ponctuelle, cet atelier doit permettre aux parents de repartir chez eux avec des techniques/outils à exploiter.
Pour ce type d’ateliers, il sera judicieux de les organiser en groupe plutôt homogène en terme d’âge/développement moteur et langagier des enfants.
Par exemple : 2/3 mois à 15/18 mois, avant la marche autonome, ou bien 18 à 30 mois, marche debout acquise, début du langage…
Les thèmes abordés peuvent être plus ciblés sur l’aspect du développement psycho-affectif, sur l’aspect du développement du langage, ou bien encore concernant le développement neuro-psycho-moteur, en sachant que, l’interrelation entre ces différents aspects du développement est l’axe principal de mon approche.

Modalités

L’organisation des ateliers est à la carte, en fonction de vos besoins, de vos envies, de vos préférences.

En prenant contact, nous pourrons voir ce qui convient à votre structure, aux besoins des professionnels, et je modulerai la formation pour qu’elle corresponde au mieux à vos attentes. 

Au niveau des interventions, voici trois exemples de formules conventionnelles. D’autres formules sont possibles en s’adaptant au plus près de vos besoins.
 

=

SUR UNE DEMI-JOURNÉE ( 3 heures)

Cibler un thème précis, pour lequel un peu de théorie sera abordée, mais également de la pratique, soit seulement avec les professionnels, soit pendant un temps avec les enfants, en fonction du thème bien sûr.
Sur une demi-journée peut également s’organiser un atelier avec les parents.
=

SUR UNE JOURNÉE (6 heures) ou deux demi-journées séparées.

Un ou deux thèmes peuvent figurer au programme. Pour chacun de ces thèmes, la possibilité de l’aborder de manière théorique, toujours à partir des expériences et des questionnements des professionnels, et une simulation de mise en pratique, ou un temps « d’atelier » avec les enfants.

=

SUR 3 JOURS (18 heures)

Nous pouvons aborder et approfondir plusieurs thèmes de formation sur les 3 jours, espacés de préférence. Cette formule sur trois jours permet, en plus de la théorie et des ateliers pratiques, ​des temps d’échanges plus importants, avec une possibilité de « supervision ».

Contact 

Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-contre ou à me contacter directement.

accueil@plus-belle-l-enfance.fr

06 24 49 52 95

12, rue Lavoisier, 69300 CALUIRE (proche LYON 4)

Message